Essor de la gestion passive et offres publiques, turbulences en vue

Jean-Christophe Devouge

Associé

C’est une tendance de fond dont les effets deviennent de plus en plus visibles.

Depuis quelques années, l’essor de la gestion passive – qui consiste à reproduire le plus fidèlement possible les performances d’un indice de référence – transforme progressivement l’actionnariat des sociétés cotées. Signe tangible de cette montée en puissance, BlackRock et Vanguard – leaders américains du secteur – figurent ainsi aujourd’hui parmi les cinq premiers actionnaires du CAC 40, tandis que la part des fonds passifs dans le même indice a doublé depuis 2012, passant de 3 % à 6,6 % (source : Euronext), de nombreux  observateurs anticipant une poursuite de cette tendance avec un rattrapage des marchés américains où la gestion passive représente près de 15 % (source : Investment Company Institute).

[…]

Lire la suite

L’Agefi Hebdo du 12 au 18 novembre 2020

Articles associés

The expanding role of independent counsel to the board
Certification des comptes : des enjeux multiples pour les sociétés cotées
Trends and Developments in Corporate Governance in 2021